Découvrez les réponses de Ben Chartoire, fondateur de PimPamPost !

 

  • Le métier que vous n’auriez jamais voulu faire

 

Coureur cycliste. Je me le dis à chaque Tour de France.

 

  • Le vôtre ? (Quel est votre métier ?)

 

Chef d’entreprise.

 

  • La meilleure idée de l’année / L’idée que vous auriez aimé avoir

 

La Smoocyclette ! C’est trop drôle ! Tu fais des smoothies en pédalant.

 

  • La vôtre ? (D’où vient l’idée de votre start-up ?)

 

Après 15 ans d’expatriation l’idée tombait sous le sens. PimPamPost est une application mobile de transport collaboratif de colis en Europe. Elle souhaite améliorer l’expérience de livraison pour les particuliers, les professionnels du e-commerce et leurs clients et réduire l’impact environnemental du transport en Europe en proposant à des voyageurs de profiter de l’espace disponible dans leurs bagages afin prendre en charge un colis et ainsi amortir leurs coûts de déplacement.

 

  • À quoi ressemble votre business model ?

 

Nous percevons une commission sur chaque envoi de colis ainsi que – prochainement – sur la vente de produits et services disponibles directement dans l’application mobile.

 

  • Quels ont été vos feedbacks jusqu’à présent ?

 

Très positifs. De la part des expatriés désirant être Expéditeur et/ou PIMER. Mais aussi des professionnels du e-commerce qui trouvent dans notre offre une réponse aux défis du cross-borders Européen. Et enfin les grosses sociétés de transport de personnes avec lesquelles le dialogue est largement engagé.

 

  • Les fautes qui vous inspirent le plus d’indulgence

 

Ce qui est important c’est l’attitude face aux erreurs : Les fautes de bonne foi et la volonté de les corriger ne peuvent qu’inspirer l’indulgence.

 

  • Qu’est-ce que vous auriez aimé savoir avant de vous lancer dans l’entrepreneuriat ?

 

La comptabilité.

 

  • Votre état d’esprit actuel ?

 

Ultra optimiste !

 

  • Qu’est-ce que le futur vous réserve ?

 

Une levée de fonds en fin d’année de 250 k €- 300 k € pour ouvrir de nouvelles villes en Europe.

 

  • Une dernière question à laquelle vous aimeriez répondre ?

 

Quel profil d’investisseur cherchons-nous ?

 

Du smart money. Nous ne cherchons pas seulement des finances, mais aussi une capacité de travail, une vision commune et une volonté d’établir des synergies avec d’autres industries.

 

L’interview est aussi sur le site de notre partenaire, Les Pépites Tech.

 

Interview réalisée par Audrey Warin.